head fondation

Ils ont obtenu leur habilitation électrique !

photo extrait video habilitation électrique - dec 2016
Trois opérateurs de la Fondation ont obtenu en 2016 leur habilitation électrique et enrichissent ainsi leur parcours.
Zoom sur un partenariat fructueux entre la Direction des apprentissages, les sites de Nantes et Blois et l'organisme de formation Socotec.
 
 

 

  

 
De l'envie à la réussite : l'histoire d'une collaboration réussie entre les opérateurs, les équipes de l'AMIPI et une entreprise partenaire

Tout est parti du souhait de 3 opérateurs, Messieurs Jousseaume, Delaveau et Rivière, désirant évoluer dans les missions qui leur avaient déjà été confiées.  Leur volonté rejoint celle de l'équipe d'encadrement qui souhaitait expérimenter une délégation de tâches, pour gagner un peu de temps et en même temps donner aux opérateurs un petit bagage technique en lien avec les apprentissages industriels de la Fondation.

Les 3 opérateurs des usines de Blois et de Nantes devront donc obtenir leur habilitation électrique qui étendra leur champ d'actions  en leur permettant par exemple d'exécuter des travaux de maintenance et à procéder à des vérifications d'ordre électrique, etc.

Pour la Fondation, c'est une première : ces habilitations n'étaient jusque là délivrées que pour les encadrants. Une collaboration constructive se met alors en place entre la direction des apprentissages de la Fondation, les responsables des activités de maintenance de Blois et de Nantes, et l'organisme de formation SOCOTEC.

Afin de mieux guider les opérateurs, le formateur adapte sa pédagogie et la rend plus concrète : « Je suis venu prendre des photos sur les machines où ils étaient susceptibles d'intervenir, explique M. Nogue et je les ai intégrées dans un diaporama : quand on avait vu une partie théorique on allait sur la machine pour voir en réel. Et le module d'évaluation, je l'ai adapté encore une fois plus avec les photos. ».

Tous les trois ont obtenu leur habilitation à l'issue de la formation. Pour eux, l'avenir est plein de possibles : « Ca m'a déjà appris quelque chose et puis j'espère avancer encore plus loin » déclare M. Jousseaume, enthousiaste.

Tracer de nouvelles voies, ouvrir de nouvelles perspectives

Ce résultat prouve la capacité d'apprentissage des personnes en situation de handicap, et de leurs possibilités d'évolution.

Bien sûr, ils ont connu des inquiétudes et des doutes, mais soutenus par leurs encadrants et par leurs familles, ils ont manifesté une motivation sans faille. « C'était la première fois que j'allais dispenser une formation à des personnes avec un handicap (...). J'ai eu 3 personnes motivées et du coup ça a rendu la formation beaucoup plus intéressante. », déclare - encore étonné - Monsieur Nogue, formateur SOCOTEC.

Tous trois sont ressortis de cette formation avec une confiance en eux renouvelée, ce que confirme l'équipe d'encadrement : « Pour l'opérateur, c'est une réussite personnelle, c'est un aboutissement de tous ces efforts qu'il a réalisé au sein de la Fondation AMIPI, et c'est un commencement vers de nouvelles connaissances et un nouveau travail ».

Jour après jour, les apprenants deviennent acteurs de leur avenir et vont plus loin dans l'autonomie. Le premier convaincu est le formateur lui-même : « On se rend compte que malgré un handicap, on peut atteindre un métier comme une personne qui n'a pas de handicap ». 

L'habilitation électrique, marqueur fort de la dualité de l'organisation

Cette réussite légitime le modèle des apprentissages de la Fondation qui s'appuie sur le travail industriel pour développer les capacités des plus fragiles : en encourageant la délégation des tâches aux opérateurs, d'une part on gagne en efficacité industrielle et d'autre part on donne aux opérateurs les moyens de progresser vers plus d'autonomie.

« La même activité (faber) permet de développer de bons produits adaptés aux marchés, et de bons apprentissages pour les personnes permettant leur développement et  leur autonomie » Jean-Marc RICHARD, président e la Fondation.

C'est ce qui s'est passé pour Messieurs Jousseaume, Delaveau et Rivière. Leurs nouvelles tâches les responsabilisent : ils doivent désormais anticiper et organiser leur travail. « Cette notion de projection est très importante pour les apprentissages car ça rejoint l'autonomie : on devient autonome dans son travail, comme n'importe quel travailleur "ordinaire" », explique Marie-Laure Blandin.

 La directrice des apprentissages de la Fondation AMIPI a suivi et encouragé le processus : « Quand M. Martin m'a dit que pour aller plus loin dans la délégation des tâches aux opérateurs, une habilitation électrique était nécessaire. Lorsque je lui ai posé la question de la faisabilité, sans hésiter il m'a dit oui. Je lui ai alors donné carte blanche. (...) Vis-à-vis d'eux-mêmes et de la société, nos opérateurs ont apporté une belle preuve de leur capacité de progression, de réussite, de volonté de prendre en main leur destin. ».

Merci à tous ceux qui ont rendu ce projet possible, et bravo à messieurs Jousseaume, Delaveau et Rivière.

L'HABILITATION ÉLECTRIQUE EN 5 POINTS

Définition : l'habilitation électrique est, dans le domaine de l'électricité, la reconnaissance par un employeur de la capacité d'une personne à accomplir en toute sécurité les tâches fixées. Elle est délivrée après vérification de cette capacité, via une formation et/ou un recyclage périodique, pour une durée limitée (généralement de 3 ans).

A qui est-elle destinée : à toutes les personnes amenées à accomplir des tâches d'ordre électrique ou non électrique dans un environnement d'ouvrages ou installations électriques.

La démarche d'habilitation : analyse de l'activité, aptitudes et compétences du travailleur, formation, remise du titre d'habilitation et du carnet de prescriptions, renouvellement et suivi de l'habilitation.

Le niveau d'habilitation retenu pour un travailleur tient compte de l'activité qui lui est attribuée et de l'environnement électrique dans lequel il opère. Le symbole d'habilitation, défini dans la norme, est adapté à la nature des opérations et du domaine de tension des installations électriques.

Cadre réglementaire et normatif français : cette habilitation est régie par la norme NF C18-510. Plusieurs types d'habilitation existent et dépendent du niveau de sécurité impliqué par les tâches.

 
 
Rechercher un article par mots clés :
Nantes habilitation électrique formation Socotec Blois