head fondation

Société : le diagnostic du géographe

Le crépuscule de la France d'en haut

Le crépuscule de la France d'en haut

Christophe Guilluy a été révélé au grand public par "Fractures françaises" (Bourin éditeur), puis "La France périphérique" (Flammarion, 2014).

Son nouveau livre, le Crépuscule de la France d'en haut (Flammarion) est un travail méthodique et consciencieux qui décrit le fossé qui s'est creusé entre celles et ceux qui pensent bénéficier de la mondialisation ou s'en protéger et les territoires des régions qui ont perdu leurs usines, après avoir perdu les revenus de l'agriculture.

La question que soulève un tel ouvrage est pourquoi alors qu'il était aisé de poser un tel diagnostic il y a 50 ans voire 30 ans cela ne peut se faire que maintenant.

 

A la Fondation AMIPI, Maurice Vendre nous décrivait parfaitement ce qui se déroulait sous nos yeux.

Il récusait un système  qui a privilégié le traitement social du chômage et de l'exclusion, au lieu de viser le développement des personnes, générant ce faisant de lourds déficits publics et aggravant la dette sur les jeunes générations. Il avait une formule qu'il citait régulièrement: "nous suivons l'enterrement".

Il était convaincu qu'on aurait pu faire autrement, en se mobilisant collectivement pour l'emploi des plus fragiles, prenant en exemple l'Allemagne, dont les entreprises, à ses yeux, en raison d'une culture de dialogue social très différente de la nôtre, sont amenées à mieux intégrer les besoins de ses territoires.

Le diagnostic de Christophe Guilluy donne raison à la Fondation et à tous ceux qui s'engagent  à ses côtés pour contribuer à maintenir une activité industrielle d'usine de taille raisonnable :

 
  1. L'État qui s'évertue à faire baisser le coût du travail sans que cela se fasse au détriment du pouvoir d'achat de nos salariés,
  2. Les entreprises qui offrent des activités à des coûts sensiblement supérieurs à certains coûts mondiaux dans des pays à faible rémunération,
  3. Les entreprises de nos territoires qui insèrent nos collaborateurs,
  4. les scientifiques.

Il n'y aura pas de grand soir car c'est à la marge que nous trouverons ensemble les remèdes aux choix passés qui ont sans doute leur raison d'être.

Nous ne sommes pas à la Fondation dans la posture des moralisateurs mais nous avons appris à compter et nous savons que le redéploiement d'usines dans les territoires est l'une des hypothèses à retenir.

En tout cas bravo à Christophe Guilly tant sur la forme que sur le fond pour cet essai incisif qui va déclencher de nombreuses prises de position.

Jean-Marc Richard

 
 
Rechercher un article par mots clés :
industrie mondialisation